Vickie Gendreau strike back : mise en lecture de Drama Queens

Vickie Gendreau dans le cadre d'une lecture publique. Photo : Catherine Cormier-Larose
Vickie Gendreau dans le cadre d'une lecture publique. Photo : Catherine Cormier-Larose

Sept mois après son premier roman, Testament, l’écrivaine Vickie Gendreau se commet à nouveau dans Drama Queens. Le roman sera publié début 2014 au Quartanier.

D’une sensibilité aussi exacerbée que Testament, Drama Queens en diffère malgré tout totalement. Le sentiment d’urgence, omniprésent dans son premier livre, disparait complètement, remplacé par une note d’espoir toujours sous-jacente qui teinte chaque mot de l’auteure. Tout aussi autobiographique, Drama Queens est d’une certaine manière plus ancré dans la réalité. Une réalité dramatique, irréelle et pourtant, l’humour et l’autodérision perle à chaque page et nous accompagnons ainsi Vickie dans son cheminement des derniers mois, ses réminiscences et ses projections d’avenir. Car oui, Vickie Gendreau est toujours là, fragile mais déterminée et tant qu’elle sera parmi nous, elle noircira des pages et des pages.

Je ne parlerai pas plus longuement de son roman, à part pour dire qu’il est fucking excellent, pardonnez-moi l’expression. Vickie et ses amis ont organisé une mise en lecture presque intégrale de Drama Queens, une occasion à ne pas manquer. Trois comédiennes (Érika Soucy, Morena Prats et Mylène Gagnon-Mackay) dirigées par Sophie Côté nous en feront la lecture le mardi 30 avril à 11h00 à l’Espace Libre. L’entrée est gratuite, mais une contribution serait appréciée. Les retardataires ne seront pas admis.

Pour en savoir plus :

Un texte de Mathieu Arsenault sur Doctorak

Vickie Gendreau | Drama Queens

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>