En Ouganda, l’homosexualité sera passible de la peine de mort

Protestataires à Paris contre le meurtre d'homosexuels ougandais
Protestataires à Paris contre le meurtre d'homosexuels ougandais

Selon Associated Press (relayé par le Nouvel Observateur), l’Ouganda s’apprête à voter une loi avant la fin de l’année qui rendrait l’homosexualité passible de la peine de mort. Toujours selon Associated Press, la porte-parole du gouvernement ougandais, Rebecca Kadaga, aurait déclaré que la loi serait votée « puisque la plupart des Ougandais le demande ». Elle aurait présentée cette loi comme un « cadeau de Noël car, selon elle, les homosexuels représentent « une menace sérieuse ».

Le projet de loi qui passerait cette année serait prévu depuis trois ans, selon cet article du Monde. En juin, l’Ouganda déclarait vouloir durcir les lois contre l’homosexualité, déjà illégale, et a décrété l’interdiction de 38 ONG accusées de « promouvoir l’homosexualité ».

L’Ouganda, un pays d’Afrique de l’Est de 38 millions d’habitants, célèbre pour son dictateur déchu Amin Dada, est composé à 85 % de chrétiens. En 2007, 5 % de la population était atteinte du VIH selon l’OMS.

Il y a quelque chose de pourri en ce monde si, en 2012, un pays peut voter une loi létale visant un segment important de sa population, et ce pour des gestes qui presque partout maintenant sont considérés comme tout à fait normaux. Je ne sais si c’est un mélange de bigoterie religieuse et de stupide recherche d’un bouc émissaire pour l’épidémie de VIH qui fait rage en Ouganda, mais je suis profondément dégoûté. Je suis aussi furieux que cette importante nouvelle ne fasse pas les grands titres des journaux montréalais. Entre les différents scandales de corruption des villes de Montréal et Laval et les bombardements israéliens à Gaza, il y avait sûrement une petite place pour une nouvelle de ce genre?

J’en conclurais presque que notre merveilleuse presse montréalaise ne s’intéresse pas au sort de millions de noirs, qui plus est gais, d’un pays pauvre d’Afrique de l’Est. Mais je n’oserai pas… Qui suis-je pour juger de l’importance à accorder au traitement des nouvelles mondiales?

Alors, faisons l’autruche. Comme d’habitude.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>