Thomas Fersen, version rétro

La découverte d’un nouvel album du prolifique chanteur tient presque toujours lieu de retrouvailles avec un vieil ami. En effet, malgré un enrobage différent (et imprévisible), chaque fois Fersen tend à se complaire dans ses fables ironiques mi-amères mettant en scène des personnages singuliers dans des situations banales, cependant ainsi racontées qu’elles prennent souvent une dimension fantaisiste. La constante de l’intérêt qu’on lui porte tient alors davantage de sa désinvolture et de sa façon amusée de conter des réalités autrement sombres (tendance qu’on remarque notamment depuis l’excellent Le pavillon des fous) que d’une réelle capacité à se renouveler.

Qu’en est-il à présent? À la réalisation de cet album, Thomas Fersen s’est entouré de Cédric de la Chapelle et son groupe The Ginger Accident, mieux connu pour sa collaboration avec Slow Joe. En résulte un album de facture très pop-rock sixties, mettant à l’avant-plan cuivres, claviers rhodes et mellotrons rythmés à la batterie aux deux temps, tout en ne négligeant pas l’aspect orchestral à cordes, notamment dans la résiliente Jean. Un contexte musical qui sied très bien aux textes qui, s’ils ne réinventent pas la roue, sont maintenus dans un enrobage assez intéressant et varié pour en rehausser et maintenir l’intérêt, qualité qui faisait cruellement défaut à son précédent Je suis au paradis. Composés avec  la finesse habituelle du chansonnier, ceux-ci ne lésinent pas sur les doubles métaphores, rimes acrobatiques et contrastes éloquents.

Le fan de la première heure, et j’en suis, pourra alors soit se réjouir de retrouver le chanteur performer avec une telle aisance ou déplorer une certaine tendance à la répétition. En lui-même cependant, il s’agit d’un album fort pertinent, ponctué de suffisamment de travail lyrique et de prouesses mélodiques pour  s’imposer comme le meilleur qu’il ait produit depuis la belle époque des Pièces montées des grands jours, ce qui n’est franchement pas plus mal.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>